Toute l’actualité du Front de Gauche dans la ville de Lille

Retour à l'accueil

Déjà, dans le programme l’Humain d’abord, le Front de Gauche prenait en compte la nécessité d’opérer la
bifurcation de nos modes de production, de consommation et d’échanges. Pour ce faire, il proposait une
méthode : la planification écologique.

Actualité

Positionnement sur les enjeux énergétiques et climatiques

Interrogée par un réseau d’organisations écologistes [1] à propos des enjeux énergétiques et climatiques. Notre liste a tenu à se positionner sur ces questions fondamentales pour l’avenir de notre planète.

L’échelon municipal constitue le bon niveau pour engager au plan local des actions de
planification écologique : gratuité des transports urbains, meilleur partage de la voirie, création de « ceintures vertes agricoles » autour de la ville, mise aux normes énergétique des logements et bâtiments publics, développement des énergies renouvelables, soutien aux circuits courts et à l’économie sociale et solidaire …

Des mesures incompatibles avec l’austérité

Des propositions écologiques d’ampleur supposent d’importants investissements publics. Elles sont
incompatibles avec la politique d’austérité
mise en œuvre par le gouvernement actuel et déclinée au plan
local à travers la baisse des dotations aux collectivités locales. Pour nous, cela constitue une raison
supplémentaire de refuser l’austérité et de privilégier l’humain d’abord !

La gratuité des transports : la mesure plus efficace en matière de réduction de gaz à effet de serre.

Les transports en
commun constituent un enjeu majeur à l’échelle métropolitaine. Afin de réduire les
émissions carbone et enrayer le réflexe du "tout automobile", nous voulons mettre en
place la mesure la plus efficace en matière de réduction de gaz à effet de serre : la gratuité
des transports pour tous. Cette politique tarifaire a en effet fait ses preuves puisque dans
toutes les grandes villes où elle a été mise en place, le transport automobile a baissé d’au
moins 10% en un an. Aucune autre politique de déplacement n’atteint un taux de report
modal aussi élevé dans un laps de temps aussi court. Encore faut-il oser soulever le tabou de
la gratuité d’accès au service public.

Quelques propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Notre liste est favorable à de nombreuses propositions écologiques véhiculées par le réseau Action Climat France, le CNIID et la FUB. Parmi celles-ci :

- Imposer des zones de performance énergétique renforcée dans certains quartiers ou projets urbains comme cela est permis par les lois « Grenelle »
- Développer une politique opérationnelle et/ou prescriptive pour favoriser le maintien des commerces et des services de proximité en ville et de stabiliser, voire réduire, la consommation d’espace due aux activités économiques
- Favoriser la densification autour des gares, le long des lignes de transport en commun ou des réseaux de chaleur 
- Mettre en place d’une politique de végétalisation de la ville  pour favoriser la biodiversité urbaine, lutter contre les îlots de chaleur urbains, etc. 
- Créer de nouvelles lignes de transports en commun en site propre de qualité
- Reconduire en place le plan vélo, comprenant le développement d’itinéraires cyclables sécurisés, de stationnements vélo en particulier aux abords des stations de transport collectif, de services dédiés au vélo (maison du vélo/des mobilités, ateliers de réparation de vélos, information, etc.) 
- Étendre les zones 30 km/h à tous les lieux de vie
- Adopter un référentiel haute performance énergétique portant à la fois sur la construction et la rénovation des bâtiments et relatif aux logements sociaux, aux logements privés et aux bâtiments tertiaires 
- Aider les ménages en précarité énergétique à en sortir, la mise en place d’un service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie (SLIME), comprenant des visites à domicile ?
- Créer un réseau pour la mise en œuvre d’une politique énergétique durable
- Renforcer le rôle de la ville sur les réseaux d’électricité et de gaz, en assurant un meilleur contrôle des concessions,
- Développer des politiques de partenariats avec la Région et les zones rurales avoisinantes afin de travailler dans des logiques de solidarité autour de la production d’énergies renouvelables nécessaires à l’atteinte de vos objectifs climat-énergie 
- Adopter un programme de mise en place de menus bas carbone élaborés à partir de produits locaux dans la restauration collective gérée par la commune ou l’agglomération
- Adopter un programme d’installation et de maintien d’exploitations agricoles biologiques
- Soutenir la création de ressourceries/recycleries  et d’infrastructures favorisant la récupération, la réparation et le réemploi
- L’intégration de clauses environnementales dans tous les marchés publics

Quelques propositions qui nous posent question :

Exonérations : priorité aux ménages défavorisés

Le Front de Gauche n’est pas favorable à la mise en place d’une politique d’exonération
totale ou partielle de la taxe foncière pour les foyers réalisant une rénovation lourde de
leur logement. En effet, nous considérons que les moyens publics doivent être concentrés sur la mise aux normes énergétiques des logements sociaux et les dispositifs d’accompagnement
des ménages défavorisés
(partenariat Lille Métropole /ANAH). Les subventions aux ménages,
lorsqu’elles existent doivent être versées sur critères sociaux. Il s’agit à la fois de lutter contre
la précarité énergétique et d’atteindre une masse critique de logements mis aux normes
(logements sociaux).

éco-conditionnalité : une efficacité trop conditionnelle

Nous doutons de l’efficacité de l’adoption de critères d’éco-conditionnalité pour l’ensemble
des financements octroyés par la ville (aux entreprises, associations, particuliers et bailleurs
publics). Nous privilégions plutôt le renforcement du cadre normatif s’appliquant aux
entreprises et aux particuliers : par exemple, via le renforcement du caractère prescriptif du
Plan Local d’Urbanisme (réserves foncières).

Intercommunalité : une instance trop éloignée pour être citoyenne

Nous ne sommes pas favorables à ce que le Plan Énergie Climat de la commune de Lille soit
débattu (et surtout) décidé au niveau intercommunal. Nous considérons que la commune
constitue l’échelon de base de la démocratie en France et qu’il est essentiel de préserver sa
capacité d’intervention sur le sujet.

Découvrir le classement des autres listes

Notes :

[1le Réseau Action Climat France, le CNIID et la FUB

Les autres articles

Recevoir l'infolettre de la campagne :

Vidéos RSS
Front de Gauche

La liste à Lille : L'humain d'abord est un rassemblement citoyen pour une gauche combattive et écologiste dans notre région. Elle s'inscrit dans le cadre du Front de Gauche.
Elle est soutenue par les partis politiques suivants :